Posted By Les jardins Atsenti

Le sureau est un arbre plein de surprise. Les feuilles,les fleurs, les baies et l'écorce interne sont médicinales. Les fleurs en tisanes sont rafraîchissante l'été et le sirop fait avec les baies est très utile pour soulager les refroidissements.

On dit que le sureau est l'habitat des fées des bonnes fées naturellement...

Ce dimanche en après-midi je ferai une bonne tisane de fleurs je vous y invite si le coeur vous en dit

 


 
Posted By Les jardins Atsenti

Grog Cajun

1/4c thé de cannelle, piment de jamaïque, muscade

1/2 jus de citron

1 tasse de jus d'orange (frais si possible)

2c tab de miel

1 once de rhum ou de gin

Chauffer les jus et les épices ensemble jusqu'à frémissement. Enlever du feu et ajouter le miel et le rhum

 

(cette recette n'est pas de moi mais je n'ai hélas plus la référence)

 

Sirop d'oignons

 

Trancher un oignon et le couvrir de sucre brun ou de miel. Laisser macérer 3 heures à température de la pièce. Prendre 1 c tab au besoin.


 
Posted By Les jardins Atsenti
Si les jours, les semaines, les mois passent à vitesse grand « V » dans un tourbillon de tâches et de rendez-vous; que le tintement lointain des grelots du père Noël sonne comme une alarme et active dans votre tête l’enseigne lumineuse « pas le temps »; que votre lit vous appelle bien après le réveil et que le café est votre indispensable ami…
 Vous êtes le candidat idéal pour accueillir les « ites » plus ultras (bronchite, pharyngite, sinusite alouette…) de la grande famille « États grippaux »
 Allons un peu de stratégies et vous pourrez renverser la vapeur!
 Premièrement : dormir!
Facile à dire me direz-vous? Par chez vous les « il faut » on force de loi!
Saviez-vous que les chercheurs ont découvert une corrélation entre le nombre d’heures de sommeil et l’embonpoint? En effet, les longues heures de veille réveillent des petites fringales et augmentent ainsi notre apport calorique. De plus, le manque de sommeil affaiblit nos défenses immunitaires. Si vous ne pouvez allonger votre temps de sommeil faites de courtes siestes 1/2 à 1 heure suffisent pour refaire le plein d’énergie.
 Deuxièmement : manger mieux!
Pour faire vite, on se bourre de croustilles, chocolat, boissons gazeuses, poutine, tarte au sucre et desserts sucrés gras à souhait et tellement rapides à ingérer. L’offre est omniprésente dans nos environnements et tellement alléchante. Personne n’aurait l’idée de mettre du mauvais carburant dans son auto et se surprendre qu’elle roule au ralenti. Et pourtant, c’est ce que l’on fait subir à notre corps qui tant bien que mal s’adapte, mais à quel prix!

 Pas le temps de faire la cuisine! Attention il y a des choix à faire. La nutritionniste Louise Lambert Lagacé prône l’équilibre et l`ajout de protéines à chaque repas. Il est préférable de manger de petits repas que de gros repas lourd. Consultez les livres de Louise Lambert Lagacé, les solutions qu’elle y propose soutiendront votre vitalité. L’ajout de tisane d’ortie est aussi une aide précieuse pour vous donner de l’énergie.

 

 
 
Posted By Les jardins Atsenti
Les rayons de lumière percent à peine le brouillard de la nuit que déjà, les cristaux de neige pétillent et éclatent en bulles d’eau scintillante. Des cris de nouveau-né animent l’immobilité de cette fin d’hiver. Un gros garçon rougeaud et joufflu boit goulûment au sein de Pinson des Marais.
 Quelque semaine plus tard, Pinson des Marais remarque, que la peau de l’enfant, se fendille et craque partout sur son petit corps. Pour le calmer, elle l’enduit d’un baume de graisse d’ours. Mais certain soir, elle a beaucoup de mal à le consoler. Rouge de colère, l’enfant serre ses petits poings et réveille tout le village par ses cris vigoureux. C’est ainsi qu’on lui donna pour nom Montagne de feu.
 Des lunes passèrent et malgré les bons soins de sa mère, la peau du garçon se boursouflait et lui laissait de vilaines tâches rouges. Montagne de feu, dépassait d’une tête les autres jeunes de sont âge, il était doté d’une vigueur et d’une endurance exceptionnelle. Il fut ainsi, initié très jeune à la chasse, à la pêche et au défrichement de la terre, ce qu’il préférait entre tout.
 Au printemps il coupait les arbres, ramassait le bois ne laissant que les souches témoins de la forêt décimée. Il aimait fouler la terre mouillée, se soulant aux odeurs résineuses de la forêt, il oubliait pour quelques instants, son corps meurtri.
 Lorsque la douleur l’obligeait à mettre fin à ses travaux, le feu de la colère montait dans son ventre. Il partait, courant dans les bois, hurlant au ciel sa colère, fouettant et piétinant les arbrisseaux et les plantes sur son passage. Affamé et épuisé il revenait à fin du jour dans le giron familial.
 Tel le carcajou au caractère colérique et belliqueux, Montagne de feu était toujours prêt à mordre. Son attitude faisait le vide autour de lui. Il n’y avait que la douceur du regard de la jeune fille Oie blanche pour apaiser sa rage.
 À la sixième lune de ses seize printemps, Montagne de feu parti en quête d’une vision et de son chant personnel sur la montagne sacrée. Il resta une semaine dans les bois jeûnant et priant le père ciel et la mère terre de le guérir.
 À son retour au village, au lieu de s’améliorer, sa peau s’était couverte  de pustules qui enflaient. Les gens le fuyaient, car sa colère était toujours prête à exploser à tout moment La guérison laissait sa peau fripée comme une peau de crapaud.
 Montagne de feu nourrissait en secret un amour pour Étoile du matin. Il avait confié ses espoirs, à sa seule amie Oie Blanche. Remarquant qu’Étoile du matin n’était pas insensible à ses regards discrets, il projetait de lui faire sa grande demande. Sans ledissuader, Oie Blanche le mit en garde. Étoile du matin était belle mais aussi cruelle qu’un chat sauvage.
 Un jour, Montagne de feu se présenta devant la jeune fille. Il lui offrit un collier de coquillage. :

 -          Étoile du matin, je suis un bon chasseur et un bon guerrier tu ne manqueras de rien et je

          saurai de protége

Elle  s’approcha de lui, le poussa en riant dans un buisson de piquants et lui dit :
 -          Je ne veux pas d’une peau de crapaud pour époux
 Ridiculisé devant tout le monde, rouge de colère, il s’enfuit vers son tepee. Il remplit un grand sac de provisions, prend son arc, son carquois, son couteau, sa hache et quelques fourrures. Sans un seul regard en arrière, son chien sur les talons, il s’enfoncent dans la forêt.
 
 
 
 

 
Posted By Les jardins Atsenti
Sa colère est immense. Il assaille les arbres, piétine la savoyane. Montagne de feu martèle le sol comme un poulain qui refuse qu’on le monte. Sa rage décuple ses forces. Il attaque les arbres de sa hache hargneuse, chaque coup apaise peu à peu sa colère. Ils et se construit une hutte. Au coucher du soleil, épuisé, il s’endort sur sa peau de fourrure.
Au matin, son chien le réveil en lui léchant le visage. Ensommeillé, il repousse le chien, et constate que son pelage est couvert de piquant. Avant que le chien n’en mette partout, il entreprend de le nettoyer.
Le soleil est déjà haut dans le ciel quand il décide d’aller chasser. Il ramène deux lièvres Il allume un grand feu. fait un bouillon de farine de maïs et y plonge la viande avec de la courge séchée.
Lorsqu’il entre dans sa hutte, il découvre plein de piquant sur sa peau de fourrure. C’est encore cet idiot de chien pense t’il. Rageusement, il enlève une à une les boules de plantes et les jette au feu.  
Pour s’occuper, mais aussi pour chasser sa peine, Montagne de feu défriche un carré de terre dans un champ tout près de sa hutte. Il y a beaucoup de plantes à piquants, qu’il arrache et fait brûler dans un grand feu. Il forme des buttes et sème des grains de maïs, de courges et de fèves.
Bientôt, le ciel vire au rose et la nuit prend la relève. Dans le ciel on aperçoit les étoiles de la Petite Dormeuse. Les bois s’animent et les animaux font leur ronde à la recherche d’une proie.
Le lendemain lorsqu’il retourne dans son champ, le carré de terre qu’il a semé est envahi par des plantes à piquants. Comment cela est-il possible se dit-il. Au bord de l’impatience, il enlève les plantes et remets des graines.
La lune laisse place au soleil, la petite brise matinale annonce une belle journée. Montagne de feu s’éveille, il se lève et découvre que son grand sac est couvert de boules de piquants. Furieux, Montagne de feu passe toute la matinée à nettoyer son sac. Il décide de bien surveiller son chien afin de l’empêcher de se rouler dans les piquants.
La nuit venue, Montagne de feu somnolent devant le feu qui crépite. Un bruit soudain le sort de sa torpeur, une ombre se dessine sur les murs de son abri. Montagne de feu entre à pas de loup, prend une peau et saute sur l’intrus. Il doit lâcher prise puisque la peau brûle sous ses mains. Un feu venant de nulle part, la consume. Apparaît un immense coyote immobile qui l’observe de son regard rouge.
Montagne de feu veux prendre son couteau, mais il ne peut bouger. Le regard du coyote le transperce et entrave tous ses mouvements. Puis il entend une voix :
-          Je suis le coyote joueur de tour. Ta colère te rend sourd et aveugle, la mère terre a répondu à ton appel. Elle offre à ses enfants tout ce qu’il faut pour se nourrir, se vêtir et se soigner. Ne sais-tu pas reconnaître les signes? Les piquants que tu jettes rageusement dans le feu sont là pour te rappeler que la racine et les feuilles de cette plante peuvent soigner ta peau. Va retourne au village, rapporte cette médecine, une jeune fille espère ton retour.
Montagne de feu baisse la tête et demande pardon de n’avoir pas écouté le message de la mère-terre. Le coyote hurle, bondit hors de la hutte et disparaît dans la nuit.
 
 

 

 

 
Google

Category
 
Archives
 
Links